Simbi, le devoir de mémoire de Zaha Boo

Il est des livres qu’on lit, voire qu’on dévore, qu’on recommande à sa meilleure amie, et puis qu’on oublie.

Il en est d’autres, qui, en plus, nous hantent, voire nous habitent.

De l’autre côté de l’écran, Simbi fait partie de cette dernière catégorie

Par sa poésie.

Par son réalisme.

Par les consciences qu’il tente d’éveiller.

Tellement que j’ai entrepris une recherche sur l’auteur.

Et là, nouvelle claque : ce n’est pas que de la fiction.

Derrière la belle histoire, ou ce qui aurait pu, ce qui aurait dû, en être une, la sordide réalité.

Le Rwanda, le génocide. Et Zaha Boo. Qui a vécu cela.

Les images reviennent en boomerang.

Zaha Boo nous livre un roman mémoriel.

Après lecture duquel nous sommes obligés de nous interroger.

Nous sommes admiratifs de sa résilience, de son courage, de son travail.

Sa personnalité est forte, certes, mais si fragile en même temps, si émouvante.

Nous sommes heureux et fiers, elle va intégrer notre label.

 

De l’autre côté de l’écran, Simbi parution 29 mars 2019

Retour au blog